Naxi

Le peuple Naxi 纳西 est l'une des nombreuses minorités ethniques de la Chine, d'origine tibétaine, qui vit dans le Yunnan, principalement dans les préfectures de Lijiang, Weixi, Zhongdian, Ninglang et Yongsheng.

Le peuple Naxi est issu de l'ancienne tribu Qiang, qui habitait au nord-ouest de la Chine les vallées du Fleuve jaune et du Huangshui. A l'issue d'une migration nomade constante, les premiers Naxi se sont finalement installés dans les régions orientales et occidentales de la Chine, situées en amont du fleuve Jinsha. Aujourd'hui, environ 260 000 Naxi vivent à la jonction des provinces du Yunnan, du Sichuan et du Tibet.

Comme cette ancienne culture se fondait sur la religion et que ses prêtres étaient appelés « Dongba », elle prit le nom de « culture Dongba » et sa religion celui de « religion Dongba ».

Les Naxi sont une des rares minorités chinoises possédant leur propre écriture. Ce qui ne cesse de surprendre et conduit à considérer cette culture comme remarquable, c'est que les ancêtres des Naxi aient pu créer un système d'écriture de plus de deux mille caractères, en utilisant des pictogrammes spéciaux pour exprimer leurs coutumes et transcrire leurs écrits. L'écriture naxi est considérée comme la seule écriture hiéroglyphique encore en usage en Chine. Comme en chinois, chaque caractère équivaut à un mot. La plupart des mots représentés sont en rapport avec le mode de vie ancestral des Naxi et concernent l'agriculture, la religion ou la guerre. Mais l'écriture chinoise a évolué pendant des millénaires, à partir de pictogrammes et d'idéogrammes originels, pour devenir un système d'idéo-phonogrammes complexe, dont il est la plupart du temps très difficile de deviner l'origine. L'écriture naxi, elle, est restée originelle. Elle utilise un système de représentation simple, permettant de deviner le sens de nombre de pictogrammes sans trop d'efforts, car ils sont purement descriptifs : ainsi, le caractère « arbre » ressemble à un arbre, le caractère « homme » à un homme, etc.

Les Naxi parlent une série de dialectes probablement plus proches des langues qianguiques ou lolo-birmanes que des autres branches de la famille tibéto-birmane. Le naxi est une langue isolante à quatre tons.

Les Naxi du nord (région de Yongning 永宁) sont connus pour avoir une société matriarcale (voir bibliographie).

Les Naxi de Lijiang (丽江) ont une écriture pictographique servant à noter les récits mythologiques de la religion traditionnelle Dongba, qui est une survivance de la religion pré-Bouddhiste Bonpo du Tibet. La religion Dongba est une sorte de paganisme lamaïsé, une forme d'animisme chamanique, dans laquelle la foi tire son nom de ses prêtres, que l'on appelle précisément « Dongba ». La culture naxi est en effet influencée à la fois par les cultures tibétaine et chinoise.

Sous la pression d'autres cultures, la culture Dongba tend à se disperser et à disparaître lentement. Il ne reste plus que quelques maîtres capables de lire les écrits de cette culture. A l'exception de ce qui est déjà réuni et conservé, la littérature Dongba est donc sur le point de s'éteindre. De plus, comme elle a été composée sur du papier fabriqué à la main et qu'elle a été reliée à la main, cette littérature ne saurait résister au vieillissement naturel et aux manipulations incessantes.

C'est pour ces raisons, afin de sauvegarder ce patrimoine rare et non reproductible de l'humanité, que la collection des « manuscrits littéraires Dongba » des Naxi vient d'être inscrite sur la « Liste Mémoire du monde » de l'Unesco, en 2003, lors de la 6è réunion de l'IAC (International Advisory Committes) pour le Programme Mémoire du monde de cette organisation, qui s'est tenue à Gdańsk, en Pologne.

Naxi

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux !
google+ facebook twitter twitter plus weibo plus
Suivez nous sur Google+, Facebook (+27 000 fans).
Dernière modification le 06/01/2009