Les Chinois et la nourriture

Une folle passion ou un amour raisonné? Il suffit d'un peu d'observation et d'une certaine connaissance de la gastronomie chinoise pour tenter de répondre à cette question.

Il y a des milliers d'années, Confucius a dit que la nourriture était le « premier besoin des gens ». Que ce soit par respect pour ce grand philosophe ou par pure coïncidence, les Chinois traitent la nourriture non seulement avec grand respect, mais également avec passion.

En chinois, il n'y a pas de mot pour exprimer quelque chose comme « prendre une petite bouchée », et la salutation traditionnelle « Chi fan le ma? » signifie littéralement « Avez-vous mangé? ». La nécessité a forcé les Chinois à manger presque tout ce qui pousse sur terre, ce qui s'y déplace ou ce qui vole dans le ciel. Mais les gens ont transformé cette nécessité en vertu, et de nos jours, la cuisine chinoise s'enorgueillit de la plus grande variété de plats au monde (autour de 5 000). Ces plats peuvent être divisés en différents styles et sous-catégories selon la géographie, la nationalité ou le groupe social qui a inventé, adapté ou exclusivement consommé un plat ou un autre – et il y a des plats familiaux, officiels, impériaux ou médicinaux. Il existe aussi des plats froids, chauds ou sucrés et des soupes qui sont divisés en différents types selon la cuisson. Chaque plat chinois ne peut pas être séparé de l'histoire de son origine : il a absorbé des influences issues de la géographie, des conditions climatiques, des ressources naturelles, des coutumes locales, ainsi que des facteurs sociaux et culturels.

Une symbolique riche

En Chine, manger veut dire bien plus que simplement remplir un estomac; la nourriture est toujours chargée d'importance et de sens. Cela se constate facilement pendant les célébrations de la fête du Printemps. Chaque mets sur la table a son interprétation : les oranges pour souhaiter la chance et de bons revenus; le poisson, la richesse; le poulet, encore la chance; les marrons, des revenus plus élevés; et le fromage de soja, l'espoir de s'enrichir. Les nouveaux mariés mangent des boulettes sucrées faites de farine de riz glutineux en espérant faire de leur mariage une expérience douce et harmonieuse; sur leur lit de noce, ils trouvent des noix, des dattes, des bonbons et des oranges laissés par leurs parents – le souhait de ces derniers que les nouveaux mariés donnent naissance à un fils dès que possible. Lorsqu'un bébé a un mois, sa mère se verra offrir des œufs bouillis teints en rouge. Cela signifie qu'elle est maintenant « propre » et peut aller prier dans un temple.

Un ancien dicton chinois déclare : « Pour un homme, la nourriture est la chose la plus importante ». Voilà pourquoi les gens traitent chaque repas avec sérieux et respect. Les Chinois mangent trois fois par jour, et au restaurant, ils commandent des plats avec le plus grand sérieux. Chaque personne assise à la table se verra demander ses préférences et quels plats elle aimerait essayer. Vos amis ou collègues chinois seront très étonnés si vous restez indifférent au fait de commander votre repas.

Pour les Chinois, la nourriture ne concerne pas seulement l'estomac, c'est un grand plaisir, de sorte qu'ils ne mangent jamais à la hâte et essaient de goûter autant de plats différents que possible. Lors des occasions festives, il y a des dizaines de plats sur une table, comme il était de mise autrefois. Aujourd'hui, beaucoup de gens s'en tiennent toujours au rituel éprouvé des repas : d'abord les « huit collations froides » traditionnelles comprenant poulet froid, haricots, œufs durs cuits dans la chaux, crevettes et divers légumes. Puis, viennent les plats chauds, et là encore, il doit y en avoir huit. Bien souvent, le dernier plat chaud est un poisson entier – un souhait de chance et d'abondance. Le riz est servi au milieu du repas ou parmi les derniers plats. Contrairement à la tradition européenne, la soupe est servie à la fin du repas, car les Chinois pensent que c'est mieux pour la digestion, et je dois dire qu'ils ont absolument raison. Vient alors la variété des plats sucrés et des fruits. Lorsque les fruits sont servis, cela signifie que le repas est terminé.

Un repas à la chinoise signifie que les plats ne sont pas servis individuellement, mais pour tous les convives, et chacun peut mettre quelque chose qu'il aime dans son plat ou même dans celui d'un voisin. À une table, tous sont égaux, car les Chinois préfèrent des tables rondes avec une plaque tournante, afin que chacun puisse facilement atteindre n'importe quel plat de son choix.

Les bonnes manières à table signifient que chaque convive d'un festin peut verser de l'alcool dans le verre d'un voisin et lever son verre à quelqu'un. En Chine, les gens aiment porter un toast et boire leur alcool jusqu'à la dernière goutte en disant « Gan Bei! Gan Bei! » (Cul sec). Très souvent, vous pouvez voir des personnes retourner complètement leur verre, une façon de démontrer leur hardiesse et leur honnêteté à boire. Frapper les verres est largement accepté en Chine, et si, à une table, les gens sont trop loin les uns des autres pour faire tinter leur verre, ils peuvent frapper leur verre contre la surface vitrée de la plaque tournante au centre de la table.

L'Orient et l'Occident se rencontrent-ils à table ?

Dans beaucoup de pays, les gens vont au restaurant non seulement pour manger, mais également pour passer du temps ensemble, bavarder et parfois danser. En Chine, c'est différent. Les gens vont dans un restaurant dans un seul but : manger. Tout est subordonné à ce but, ce qui explique pourquoi, très souvent, l'intérieur des restaurants est très simple, voire même spartiate. Les heures d'ouverture des restaurants sont également déterminées par la consommation de nourriture, de sorte qu'il n'est pas toujours facile de trouver un restaurant ouvert après 22 h, car la plupart des Chinois ont déjà mangé. Mais il y a une chose dont vous pouvez être certains : même si un restaurant ressemble à un casse-croûte, la cuisine est habituellement de bonne qualité. La manière la plus facile de juger est de voir si le restaurant est bondé. Un restaurant plein à capacité signifie à coup sûr un grand chef. Dans ce pays, un « bon restaurant » ne signifie pas un intérieur feutré, un beau décor et pas même un service hors pair, mais d'abord de l'excellente nourriture, car c'est la première et la seule raison pour laquelle les gens vont à ce restaurant et y reviennent.

J'aime observer les Chinois manger : c'est un spectacle incomparable et émouvant. C'est comme s'ils essayaient la nourriture pour la première et la dernière fois de leur vie : les baguettes bougent rapidement, les lèvres mastiquent ardemment et l'estomac va être rempli joyeusement et à satiété. Vous pouvez être témoin de cette scène au moins trois fois par jour, et chaque fois elle est semblable. Certains disent qu'il en est ainsi parce qu'il y a 25 ans, les gens de ce pays n'avaient pas suffisamment à manger. C'est vrai et cela peut être l'une des explications, mais je pense que la raison principale est beaucoup plus simple : les Chinois aiment manger, ils aiment les saveurs et les goûts différents, et la nourriture est pour eux un divertissement. Voilà pourquoi la restauration est une activité prospère dans ce pays.

De nos jours, il est facile de trouver des restaurants qui conviennent à tous les goûts et à toutes les bourses. Sur la rue, vous pouvez commander un plat énorme et sans prétention de jiaozi bien frais pour 0,25 $US, ou vous pouvez dîner dans un restaurant exquis de Shanghai pour plus de 100 $ par personne : le choix est vôtre.

Parallèlement, les restaurants chinois affrontent un problème très particulier qui est pratiquement inconnu des restaurants européens : ici, les gens commandent trop de plats. La raison principale d'un tel gaspillage d'argent et de ressources n'est pas la nourriture elle-même, mais la conception courante en Asie et en Chine de la « face ». Les gens ne veulent pas que d'autres pensent qu'ils sont avares. Et n'oubliez pas : si vous invitez quelqu'un à manger, ce n'est pas simplement pour remplir les estomacs, c'est un événement social, une occasion de montrer votre hospitalité, et il n'est pas question d'économiser à ce moment-là. Les gens vont au restaurant pour renforcer les liens d'amitié et pour consolider des relations d'affaires; un grand banquet est un bon investissement. En Occident, on négocie pour obtenir un meilleur résultat, mais en Chine, on mange ensemble dans le même but. Voilà pourquoi il est si important pour les Chinois de tenir un bon banquet et de ne pas avoir l'air avare : si c'est le cas, adieu amitié et adieu bonnes affaires! L'argumentation est simple : si les plats sont vides après un banquet, cela signifie que la nourriture était excellente, mais par ailleurs, cela peut aussi signifier qu'il n'y avait pas assez de nourriture pour tout le monde et quelqu'un peut penser que vous êtes avare. C'est ainsi que les gens commandent beaucoup, mais heureusement, ils aiment aussi beaucoup manger.

L'histoire d'amour des Chinois avec la nourriture se poursuit encore et encore...

La Rédaction

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux !
google+ facebook twitter twitter plus weibo plus
Suivez nous sur Google+, Facebook (+30 000 fans).
Dernière modification le 15/09/2006