Vous êtes ici : Accueil > Guide > Chine > Histoire et politique de Chine

Dynastie Xin

© Chine Informations - La Rédaction, le 20/03/2015 00:00

Dynastie Xin (Chine)Dynastie Xin (Chine)Dynastie Xin (Chine)Dynastie Xin (Chine)

C'est durant la 1ère ère de notre siècle qu'avait existé la dynastie Xin 新朝. La particularité de cette dynastie est qu'elle n'avait eu en tout et pour tout qu'un seul empereur.

Elle fut fondée par Wang Mang 王莽, dignitaire de la cour des Han. Celui-ci faisait partie du clan Wang, qui venait du district de Wei dans le Hebei. Les membres de cette caste avaient en majorité une position élevée durant cette période. En effet, plusieurs dignitaires et même l'impératrice Wang Zhengjun, étaient membres de ce clan.

Toutefois, au départ, Wang Mang n'avait pas une position favorable. Jusqu'à sa disparition, son père n'avait pas réussi à obtenir un titre de noblesse. Wang Mang n'avait alors hérité d'aucun poste et il se tourna vers les études. Il consacra son temps à l'analyse des Lishu, des livres de rites qui font partie des classiques confucéens.

Il se mit ensuite à se rapprocher d'un de ses oncles appelé Wang Feng. Ce dernier occupait un poste important au sein de la cour impériale, et lui avait fait une recommandation auprès de l'impératrice. C'est ainsi que Wang Mang avait obtenu son premier poste. Il gravit rapidement les échelons et il parvint même à surpasser la réputation de son oncle. Ce dernier lui céda alors une partie de son fief. En l'an 16 avant JC, il a été élevé au rang de marquis de Xindu. En reconnaissance envers son oncle, il s'occupa de lui encore mieux que s'il était son propre fils. Il le soigna quand il était malade.

Malgré son ascension fulgurante, Wang Mang voulait démontrer qu'il était  l'incarnation même des vertus confucéennes. Il n'hésita pas à distribuer une partie de son salaire à ses collaborateurs, et faisait aussi des dons aux plus nécessiteux. Comme il l'avait appris dans les enseignements confucéens, avant d'accepter les dons et promotions, il prenait soin de refuser par trois fois. Il avait adopté cette attitude tout au long de sa vie, et il était impossible de savoir s'il le faisait avec sincérité, ou si c'était seulement une manœuvre politique. En l'an 8 avant JC, il a pu accéder au rang de Grand Sima suite au décès d'un de ses oncles. Une année plus tard, l'empereur Han Chengdi décéda. Le pouvoir revint alors à son fils Han Aidi, qui était alors très jeune. En réalité, c'est l'impératrice avec l'aide de son camp, qui dirigeait le pays. Ce coup du sort marqua un arrêt dans l'ascension de Wang Mang. Il fut forcé de démissionner de son poste et dû partir vivre dans la ville de Xinye, dans la province du Henan.  Il se remît à étudier et veillait à soigner son image de politicien doté d'une intégrité extrême, et qui ne cultivait aucun esprit de favoritisme. Il avait même approuvé l'exécution de son fils, qui avait tué un serviteur. Grâce à cette action, il obtint les louanges de tout le monde.

Grâce au soutien de la cour, il retourna à la capitale en l'an 2 avant JC. Malheureusement, l'empereur Han Aidi mourut un an plus tard. C'est de nouveau l'impératrice douairière Wang qui monta au pouvoir. Un an plus tard, elle désigna Wang pour aider le nouveau souverain Han Pingdi à gouverner. Wang Mang fut même nommé Duc de Anhan et obtint un nouveau fief appelé Jiuxi. Il devint ensuite premier ministre alors qu'il n'avait que quarante-neuf ans. Toujours sur la base de la pensée confucianiste, il faisait ériger des établissements scolaires afin de promouvoir l'enseignement des classiques. Il engageait aussi de nombreuses personnes spécialisées dans le Canon confucéen. Lors du recrutement des employés de la fonction publique, il inclut parmi les critères de sélection leur savoir se rapportant aux ouvrages d'instruction morale Jieshu, ainsi que le Classique de la piété filiale Xiaojing. Grâce à toutes ses actions, les lettrés se mirent à lui apporter leur soutien.  Mais Han Pingdi faisait face à une grave maladie. Durant cette épreuve, Wang Mang lui vouait toujours un dévouement sans borne, et invoquait la possibilité de mourir à sa place s'il en avait les moyens.

C'est un enfant de deux ans nommé Ruzi que Wang Mang désigna pour prendre la succession de Han Pingdi. Au lieu de porter le titre d'empereur, celui-ci fut nommé Régent impérial. Même son règne ne fut pas assimilé à une ère impériale, mais plutôt à une régence.

Toutefois, toutes les actions entreprises par Wang Mang n'étaient pas approuvées par tous. Ses opposants entreprirent une rébellion, mais ne réussirent pas à renverser le pouvoir en place.

Mise à part cette action entreprise par les opposants, Wang Mang faisait l'objet d'une propagande en sa faveur. Elle était basée sur le principe du mandat du ciel. Ce concept se référait au fait que chaque dynastie connaissait d'abord une période faste, et qu'elle faisait ensuite face à son déclin. Ainsi, une dynastie était fondée par un souverain, désigné par le Ciel. Onze dignitaires avaient donné leur accord pour que Wang Mang devienne le nouveau mandat du Ciel. Celui-ci accepta cette décision et c'est ainsi qu'il accéda au trône, à l'âge de cinquante-quatre ans. Et c'est le début de l'ère de la dynastie Xin.

Quand il accéda au pouvoir, il avait décidé de mettre en pratique les idées et préceptes des classiques confucéens afin d'instaurer un idéal social et politique. Il mit en place un système de monopole du gouvernement sur le commerce de l'alcool, du fer et du sel. Les prix étaient soumis au contrôle de l'Etat, de même que la monnaie. Cela entrava le système de libre-échange en place à l'époque. Les tenues vestimentaires, ainsi que les cérémonies de mariage, tout devait être en rapport avec les préceptes des traités rituels des Zhou, connus sous le nom des Lishu.

Toutefois, le projet de Wang Mangn'a jamais pu se réaliser. Il devait faire face à de grandes difficultés dans leur mise en pratique. Il instaura par exemple un système pour diviser les grands domaines et les partager aux paysans. En contrepartie, ces derniers devaient payer des impôts étatiques. Ce projet fut abandonné trois ans plus tard car les grands propriétaires s'y étaient opposés. Le règne de Wang Mangétait rempli de plusieurs difficultés. Cela l'amena à faire de multiples modifications sur les ordres ainsi que le système monétaire.

En plus de ces difficultés diverses, des inondations s'étaient aussi produites durant le règne de Wang Mang. Les champs de céréales furent complètement recouverts par l'eau. Les plants de blés se mirent à pourrir et il n'y eut pas de moisson. La population dut alors faire face à la famine. Cette situation entraîna le chaos et provoqua des épidémies. Les paysans se dressèrent contre le pouvoir en place. En effet, selon la croyance chinoise populaire, les catastrophes naturelles étaient des signes pour démontrer que Wang Mang n'avait plus les faveurs du Ciel. Le monde paysan, aidé par les marchands ainsi que les membres de la noblesse entamèrent des actions de révolte. Des armées furent constituées pour renverser la dynastie Xin. Après de nombreux conflits, le règne de Wang Mang s'était achevé dans le chaos total. C'est ainsi qu'il fut alors le seul empereur de la dynastie Xin, il était même accusé d'être un usurpateur.

La Rédaction