Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Magazine

Une nouvelle forme de mariage en Chine : le mariage pour Asexués

© Tapei Soir - Daweide, le 26/07/2006 00:00

Une nouvelle forme de mariage en Chine : le mariage pour AsexuésLes sites de mariages sont communs en Chine, mais un jeune site Internet propose désormais de changer l'idée même du mariage chinois traditionnel. "Mariage pour Asexués" est un site qui se propose d'être le premier, et le plus important, site de mariage en ligne pour personnes "désintéressées", physiquement ou mentalement, par le sexe. Le site clâme avoir déjà attiré 7 000 membres en un an. Ce succès démontre l'expension de l'Internet en Chine, et la nature permissive de plus en plus importante de la société chinoise sur certains points.

«L'idée m'est venue après qu'un de mes amis ait perdu sa capacité sexuelle après un accident» déclare le fondateur du site, âgé de 33 ans, est qui est employé à plein temps dans une entreprise de nouvelles technologies dans la province du Guangxi. Membre du Parti Communiste, travailleur social volontaire, le fondateur préfère s'identifier sous le nom de Lin Hai, son pseudonyme sur Internet. Il préfère d'ailleurs se taire dans sa famille ou à son travail, de peur de la réaction de son entourage.

«Au début, j'ai été surpris qu'autant de personnes soient intéressées par mon site...» indique Lin. «60% des abonnés du site sont des personnes ne pouvant avoir aucune relation sexuelle (...) le reste sont des "camarades" [le nom de code donné par le milieu homosexuel pour éviter de parler de "gays" ou de "lesbiennes": NDLR] . Les camarades s'inscrivent pour trouver une personne du sexe opposé, totalement désintéressée par des relations, afin de donner le change à leur famille...»

DE NOUVELLES FORMES DE MARIAGES

Ce site ose, c'est le moins que l'on puisse dire, au milieu d'une société chinoise parfois encore prude, basée sur une culture forte du mariage arrangé héterosexuel et sur l'éducation des enfants. Les enseignements de Confucius, qui n'avait pas d'enfant, sont au milieu de la piété familiale. Mais ce site est une preuve que les institutions du mariage commencent à changer en Chine, principalement dans les villes, notamment à cause d'une économie galopante. Les mariages "dink" [Contraction pour l'expression américaine "Double income, no kids" - double salaire et pas d'enfant: NDLR], sont devenus très à la mode dans les grandes villes, mais si ces mariages arrangés, où le sexe n'est pas considéré, sont monnaie courante dans beaucoup de pays occidentaux, ils sont vus en Chine comme un mode de vie en marge.

«Je n'ai pas le temps de faire un bébé ou encore d'élever des enfants... Il est mieux d'économie un maximum d'argent et de vivre heureuse avec mon mari ...» déclare une femme d'affaire, agée de 36 ans, à Shanghaï. Se surnommant Mme Liu, elle accepte volontier de reconnaître que ce choix est mal compris dans son entourage, mais que c'est ce qu'elle a choisi. Une autre alternative de plus en plus répendue dans les grandes villes: le mariage "week-end", le couple vit séparé durant la semaine, et ne se voit que durant le week-end, pour les loisirs.

Le Professeur Sun Zhongxin, de l'Université du Fudan, explique: «Il y a de plus en plus de place pour ces nouvelles idées de la vie en commun, qui s'inspirent de concepts étrangers, mais qui vont parfois encore plus loin ... Le gouvernement ne gère plus la vie familiale depuis 1978 et depuis, de plus en plus de femmes accèdent à l'éducation et possèdent des postes importants dans les entreprises... ceci explique cela».

Le site web de Lin Hai diffuse de la musique traditionnelle chinoise, et met en avant des photos d'hommes et de femmes occidentaux qui s'enlassent tendrement. Une section est réservée aux discussions, et une section permet aux membres de se rencontrer. C'est gratuit, mais le site accepte les dons. «Je veux un garçon de Pékin qui n'est pas intéressé par le sexe, qui ne parle que très peu, qui est droit, et respecteux» écrit "Beijing_girl", une illustration des annonces classiques de ce site. D'autres annonces sont plus tragiques: «Mes parents me menacent de commettre un double suicide si je ne me marie pas rapidement...», style d'annonces reflétant le fait que l'homosexualité était encore punie de prison et classée comme maladie mentale jusqu'en 2001 dans beaucoup de provinces, et qu'elle est toujours stigmatisée dans beaucoup d'endroits

Commenter avec Facebook