S'identifier  |  Créer un compte

RDC : le chef de l'USAID visite le site du barrage Inga II

© Chine Nouvelle (Xinhua) - Xinhua, le 17/12/2013 01:59

L'administrateur de l'USAID, Rajiv Shah, en visite en RDC, ainsi que des experts congolais et américains ont visité lundi le site du barrage Inga III, dans la province du Bas-Congo, en compagnie du Premier ministre rd- congolais Matata Ponyo.

Le projet du barrage Inga III, qui aura une puissance de 4.800 mégawatts (MW), demande l'investissement de 12 milliards de dollars. La RDC, qui va financer le projet avec près de 4 milliards de dollars, espère que les bailleurs et multilatéraux participeront au plan de financement de ce projet.

Lors de sa visite à Inga, M. Shah a déclaré que rassembler 12 millions de dollars demande l'implication de plusieurs pays, y compris les Etats-Unis et "l'implication significative du secteur privé".

"Afin de rassembler ce montant pour effectivement rendre ce projet réel, tous ces partenaires doivent voir vraiment une gouvernance, un leadership qui soit vraiment disponible pour que ce projet aille de l'avant", a-t-il affirmé.

Interrogé sur le financement des Etats-Unis au projet Inga III, M. Shah a répondu que "pour le moment, nous ne pouvons pas vous dire le montant exact que les Etats-Unis vont mettre sur la table. Nous allons impliquer le secteur publique et privé".

La construction du barrage Inga III sera octroyée, sous forme de concession, à un consortium sélectionné sur appel d'offres, qui sera connu au second semestre 2014. A ce jour, trois consortium ont été présélectionnés: China Three Gorges Corporation et Sinohydro (Chine), Daewoo et Posco (Corée du Sud) et SNC-Lavalin ( Canada), Actividades de construccion y Servicios (ACS) et Eurofinsa (Espagne).

Selon l'administrer général de la Société nationale d' électricité (SNEL) Eric Mbala, le début des travaux Inga III est prévu en octobre 2015.

Grâce au fleuve Congo, le deuxième au monde par son débit (40. 000m3/sec) après l'Amazonie, la RDC dispose d'un potentiel hydroélectrique unique en Afrique. Ses ressources hydroélectriques sont estimées à 100.000 MW, soit plus du tiers du potentiel africain. Près de la moitié de ses capacités de production énergétique est concentrée sur le seul site d'Inga (40.000 MW).

A ce jour, la puissance électrique installée en RDC est de 2. 500 MW, dont 97% d'origine hydraulique. Mais la demande énergétique atteindra 3.500 MW en 2020.

Les deux barrages mis en service dans les années 1970, Inga I et Inga II, en cours de réhabilitation, ont actuellement une production de 1.055 MW.

Commenter avec Facebook