Le travail des enfants en augmentation en Chine

© La Presse Canadienne - Daweide, le 04/09/2007 10:30

Le problème du travail des enfants s'aggrave en Chine à cause de la pauvreté et de lacunes dans la législation et le système éducatif, souligne le Bulletin du travail en Chine (CLB), une organisation basée à Hong Kong.

Pékin doit mieux faire respecter l'interdiction du travail des enfants, augmenter les dépenses dans l'enseignement et donner plus de liberté aux organisations non gouvernementales pour aider les enfants qui travaillent, recommande le CLB dans un rapport.

"Si la pauvreté est une condition nécessaire à la création du travail des enfants, ce n'est en aucun cas la seule", explique le CLB. Eliminer le problème en Chine "ne nécessite pas forcément l'éradication préalable de la pauvreté".

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) estime que 60% des 350 millions d'enfants travailleurs recensés dans le monde se trouvent en Asie, mais il ne donne pas de chiffre pour la Chine, qui n'est pas citée comme un des plus mauvais élèves. De très jeunes enfants sont souvent utilisés dans les pays d'Asie du sud dans des secteurs comme la confection de tapis.

La loi chinoise interdit le travail des moins de 16 ans et prévoit un régime spécial pour les travailleurs de moins de 18 ans. Reste qu'un grand nombre de jeunes de moins de 16 ans entrent chaque année sur le marché du travail, et sont parfois traités comme des esclaves, souligne le rapport. Il n'y a pas de chiffre précis sur le nombre d'enfants au travail en Chine, note le CLB, mais on estime à des centaines de milliers les enfants qui ont fugué ou ne sont pas scolarisés.

La plupart des ceux qui travaillent ont quitté l'école, mais pas tous: certains sont employés dans des usines ou des exploitations agricoles durant les vacances scolaires. Bien qu'illégale, cette pratique est peu contrôlée et donne lieu à des abus. Le recours à ces élèves qui travaillent durant les vacances a été mentionné cette année dans une enquête sur une entreprise fabriquant des produits dérivés pour les Jeux olympiques de Pékin en 2008.

Le problème du travail des enfants a été évoqué par les médias chinois récemment à travers une sordide affaire: des garçons traités comme des esclaves dans des briquetteries. Mais la majorité des victimes seraient des filles, qui ont tendance à être moins scolarisées dans les campagnes.

Le recours au travail des enfants pourrait augmenter en raison d'une pénurie croissante de la main d'oeuvre adulte bon marché dans les régions industrialisées du pays. Les enfants sont également moins susceptibles de défendre leurs droits et peuvent toucher des salaires aussi bas que 300 yuans (30 euros) par mois.

Mal payés, mal nourris et mal logés, les enfants travailleurs sont également exposés à des violences et des abus, comme des heures supplémentaires forcées, selon le rapport. Ils travaillent le plus souvent à l'abri des regards, mais certains peuvent être vus accomplissant des tâches subalternes dans des restaurants ou magasins.

Le CLB attribue le taux élevé de sortie du système scolaire des jeunes à un sous-investissement dans le système éducatif, qui laisse à la charge des parents des frais de scolarité importants. La Chine ne dépense que 2,7% de son produit intérieur brut (PIB) dans l'éducation, soit moins de la moitié de ce que l'ONU recommande.

Le taux d'élèves qui abandonnent le système scolaire au niveau du collège est certainement beaucoup plus élevé que le chiffre de 2,5% donné par le ministère de l'Education dans son rapport 2005. Il pourrait atteindre les 40% dans certaines régions montagneuses défavorisées, selon le CLB.

Commenter avec Facebook