S'identifier  |  Créer un compte

iPhone 5 : des milliers d'étudiants forcés à travailler sur sa fabrication en Chine

© Chine Informations - , le 07/09/2012 03:14, modifié le 13/09/2012 02:15

iPhone 5

Foxconn, le fabricant de produits électroniques Taïwanais chargé d'assembler l'iPhone 5 en Chine, est sur la sellette pour forcer des centaines d'étudiants de la région du Jiangsu à travailler à la chaîne sur le nouveau smartphone d'Apple.

De 2007 à 2011, on recensait déjà 22 suicides ainsi que de nombreux accidents dont certains mortels dans les usines de Foxconn. Le premier trimestre de l'année 2012 n'a pas non plus été faste pour la société qui déplore 37 morts accidentels, selon les rapports des autorités locales qui ont également relevé le fait que depuis 2007, ses usines emploient et sous-payent des mineurs (entre 13 et 18 ans).

Cette fois-ci, c'est un recrutement scandaleux au sein de l'usine de la ville de Huai'an (Jiangsu) qui met de nouveau en porte-à-faux Faxconn, qui grâce au lancement prochain (le 21 septembre) de l'iPhone 5 d'Apple, est en manque d'une dizaine de milliers d'employés.

Selon le magazine China.org.com, l'usine en question a recruté de force des centaines d'étudiants de l'Institut de technologie Huaiyin, mais aussi des facultés de droit, d'anglais et de gestion de la région. 

Les étudiants ont tous vu leurs cours suspendus jeudi dernier pour être forcés à travailler sur les chaînes de production de l'iPhone 5. Pour un travail de 6 jours par semaine demandant jusqu'à 12 heures par jour, ceux-ci devraient être payés 1550 yuans (~190 euros) par mois, somme bien déraisonnable pour certains qui auront à débourser plusieurs centaines de yuans pour le logement et la nourriture.

Pour parfaire le portrait, des étudiants travaillant à l'usine Foxconn ont déclaré que leurs parents n'avaient pas été informés et que l'usine n'avait signé aucun contrat avec eux. 

Heureusement,  cette propagation du non-respect du code du travail n'a pas laissé pas indifférent les médias qui, sous la pression du public ont publié l'affaire. Suite à cette action, nombreux de ces "stages" ont été annulés.

Aujourd'hui, les étudiants sont partagés sur la question de savoir s'ils doivent ou non poursuivre leurs établissements en justice, craignant -à juste titre- que leur diplôme de fin d'études leur soit refusé.

D'ores et déjà  des associations non gouvernementales ont décidé de porter plainte à l'encontre de ces établissements et de Foxconn pour  violation des lois sur l'enseignement supérieur et du travail.

La Rédaction

Commenter avec Facebook